© 2023 by Soft Aesthetics. Proudly created with Wix.com

Les Maîtres du Shiatsu

Tenpeki TAMAI​

Véritable fondateur du terme "Shiatsu" . Son livre " Shiatsu Ho " (1919, " Méthode de pression avec les doigts ") est le fruit de la rencontre entre le Anma (massage traditionnel) et la chiropractie importée de l’Occident adaptée au système énergétique chinois.

 

Tokujiro NAMIKOSHI (1905-2000)

Il a ouvert en 1940 la première école de formation de praticiens en Shiatsu. Sous son impulsion, en sa qualité de dirigeant de l’Association Japonaise de Shiatsu, le ministère japonais de la Santé reconnait officiellement le SHIATSU en 1955 comme médecine à part entière.

 

Son style est à son image : direct et sans étude des méridiens. Pour lui, l’acupression a avant tout pour but de soulager les tensions physiques du corps. Selon le principe asiatique, si le corps est détendu, l’esprit le devient automatiquement puisque les deux ne font qu’un.

 

Le " Shiatsu Namikoshi " fut enrichi par l'un de ses disciples et assistant direct : Shizuto Masunaga, en particulier par l'étude approfondie des textes fondateurs de

l’acupuncture (Théorie de la Médecine traditionnelle Chinoise), devenant le " Zen Shiatsu ".

 

Shizuto MASUNAGA (1925-1981)

Initié très jeune au Shiatsu par ses parents, puis maître de Shiatsu considéré au Japon comme une autorité en la matière, il fut la première personne à établir les bases théoriques de la thérapeutique Shiatsu.

Sa méthode fut basée sur ses nombreuses années d'expérience clinique et son étude approfondie des traités de médecine traditionnelle chinoise. Il est retourné aux premiers textes (comme le Huang-Di Nei Jing - Essentials de l'Empereur Jaune de médecine, une compilation de la théorie taoïste et un texte livre de l'acupuncture) qui influent sur la plupart des styles Shiatsu aujourd'hui.

Il réintroduit dans le Shiatsu les principes de base de la Médecine Traditionnelle Chinoise : Cinq Éléments, Yin et Yang, méridiens, Notions de Kyo-Jitsu et ajoute les connexions avec le système émotionnel et le développement spirituel. Il va ainsi redécouvrir les parcours des méridiens utilisés en acupuncture et les prolonger dans l'intégralité du corps pour chacun des douze méridiens principaux.

Grâce à cela, il crée une technique plus complète et en accroit l'efficacité. Il va restaurer l'esprit traditionnel et philosophique qui sous-tend la médecine orientale et se focaliser sur la perception des méridiens. Là est son innovation principale. A sa vocation traditionaliste s'ajoute une vision très moderne de la thérapie qui lui est inspirée par sa formation universitaire en psychologie.

En 1960, il fonde son style de Shiatsu qu’il appelle Iokaï et rédige son œuvre maîtresse " Zen Shiatsu " qui est traduite en anglais en 1977. Cet ouvrage va diffuser le Shiatsu et faire de son approche la principale méthode à travers le monde occidental. 

Le style zen de Masunaga est un art qui se distingue d’une simple technique manuelle par le fait qu’il engage la globalité psychique-physique (esprit-corps) du praticien (shiatsushi) et du receveur (jusha).

Ryotan TOKUDA Senseï

Né à Hokkaido, au nord du Japon en 1938, Ryotan TOKUDA Senseï possède une expérience de plus de 35 ans en tant que praticien et enseignant de Shiatsu et médecine traditionnelle chinoise. Il est également diplômé de philosophie bouddhiste de l’université de Komasawa et Maître Zen (école Soto). Il est le fondateur de plusieurs monastères zen et centres de soin au Brésil et en Europe. Arrivé en France à la fin des années 1980, Ryôtan Tokuda y fonde l’Association Maha Muni, le Centre Zen Maha Muni (" grand silence ") à Paris et le centre d’Eitai-ji dans les Alpes de Haute-Provence.

 

Le shiatsu de Ryotan Tokuda Senseï s’inscrit dans une lignée de docteurs en médecine chinoise traditionnelle et Shiatsu. Il propose un ensemble de katas globaux et spécifiques. Le principe à l’œuvre est la notion bouddhiste de manifestation de l’esprit de grande compassion dont le praticien doit être doté.